Quand été rime avec musique

Photo : Vero Broze Photography
Photo : Vero Broze Photography

La saison des festivals bat son plein ! Entre Couleur Café, Esperanzah, Werchter, Les Francofolies de Spa, Dour, le Pukkelpop, les Ardentes, le Brussel Summer Festival, Le Graspop, Tomorrowland… (la liste est longue), certains d’entre vous – d’entre nous, ne savent plus où donner de la tête. Et c’est mon cas !

J’vais faire le tour de ce que j’ai découvert ou redécouvert jusqu’à présent. Mais la saison n’est pas finie, je vous ferai donc un second article en ce sens le mois prochain.

J’ai commencé cette année festivalière en avril. Oui oui c’est tôt, mais il y en a déjà. C’était à Pepinster au BE.CAUSE, un festival en intérieur au profit des Cliniclowns (ou selon les éditions au profit d’une autre association). Ce n’est pas la première fois que j’y participais et ça avait été le premier festival de mes enfants. Cet endroit est particulièrement adapté pour les familles. Il y a une plaine de jeux et des cliniclowns partout qui font des activités pour les enfants (jeux, grimages, magie, ballons sculptés…) Mes enfants se sont éclatés, et moi aussi !

Cette année, pour ma seconde participation, j’ai vu de nombreux groupes de reprises ou de compos de très bon niveau malgré le prix démocratique de l’entrée. Notamment Arnomatic, BAC One Eleven, Todo Esta Aqui, Line Up, Barefoot, Stay, We 3 and Friends… Cela se passe donc en intérieur, sur une seule journée, mais les deux scènes dans la salle permettent de rentabiliser le temps au maximum et de ne pas laisser de longs délais entre deux concerts pour les changements de plateau.

Bref, une belle organisation, toujours au profit d’une bonne cause, et adaptée aux sorties en famille quand comme chez moi, vous aimez la musique et que vous avez des loulous.

La prochaine édition aura lieu en avril 2019.

En mai, j’ai fait une pause, je suis partie en vacances à la place 😉

J’ai enchaîné en juin avec un festival gratuit qui se tient à Flémalle (région liégeoise), la FIESTA DU ROCK. Ce festival s’étend sur trois jours mais je n’ai fait qu’un jour, le premier (dommage que je n’ai pas le don d’ubiquité). C’est un festival très éclectique qui nous présente chaque année de belles affiches malgré la gratuité de l’évènement. J’ai pu y voir notamment No One Is Innoncent et les Banging Souls.

Le lendemain, il y avait Typh Barrow (qui est sur toutes les scènes pour le moment) et Sonnfjord. Pas mal pour un festival gratuit 😉 Mais je n’y étais pas, car à la place je suis allée au WERCHTER BOUTIQUE voir Bruno Mars ! 😀 Là pour le coup, on est loin de la gratuité… 90€ la journée, ça douille. Mais ça n’empêche pas le public de venir en masse ! Et il ne faut surtout pas perdre de vue qu’un évènement de cette envergure, ça coûte un max aussi. Entre la scène énorme, le matos son et lumières, toutes les équipes techniques, les écrans géants, le cachet des artistes, toute l’installation des chalets de boissons et nourriture, le personnel, la sécurité… Par contre, les 15€ pour le parking m’ont fait un peu mal j’vous avoue… Ils savent qu’on n’a pas le choix, qu’on doit bien laisser notre voiture quelque part et ils en profitent. Malgré ce bémol, c’est un super souvenir durant lequel j’ai vu Jessie J, Years & Years, Oscar & The Wolf (et j’ai même acheté leur T-Shirt) et Bruno Mars. C’était grandiose. Werchter, c’est une affaire qui roule.

J’ai terminé le mois de juin avec le véritable lancement de la saison des festivals le dernier week-end du mois au HEROES SPA TRIBUTE FESTIVAL. Comme son nom l’indique, ça se passe à Spa, au Parc des 7 Heures (comme les Francos) et c’est un festival entièrement dédié aux tributes (donc les groupes de reprises). C’est le plus grand festival du genre en Europe et pas moins de 25.000 festivaliers sont venus chanter et danser sous un soleil de plomb. Ca se déroulait sur trois jours et la dernière journée était consacrée aux groupes qui chantent dans la langue de Molière. Deux groupes faisant partie de mon catalogue y ont participé, les tributes d’Oasis et de Green Day. Il y avait aussi (liste non exhaustive en vrac), la musique de Renaud, Calogero, Sardou, Obispo, Téléphone, U2, Bon Jovi, Goldman, RHCP, The Doors, Johnny Hallyday, Queen, Arno… Un week-end full de bonne musique.

Alors oui, il faut aimer les tributes et ce n’est pas le cas de tout le monde. Il y a un éternel débat entre les amateurs de cover et les amateurs de compos. Je pense bien que j’en ferai un article prochainement.

Globalement, c’est une très belle organisation et les artistes sont ravis de l’accueil qui leur y est réservé. Mon seul petit bémol est l’absence de gobelets consignés (étonnant en 2018), ce qui engendre énormément de déchets alors qu’il y a très peu de poubelles. Après on dira que les festivaliers sont sales et irrespectueux mais il faut leur donner les moyens d’être propres 😉 Pour l’année prochaine, ce serait cool d’investir dans les consignes ou dans les poubelles 😀

Quinze jours de plus tard, j’étais de retour à Spa (j’ai parfois un peu l’impression d’y vivre… j’devrais peut-être m’acheter un pied-à-terre là-bas). C’était la 25e édition des FRANCOFOLIES DE SPA avec sa toute nouvelle implantation. Là j’ai vraiment fait le plein de bonne zik ! Un vrai marathon musical, j’ai rentabilisé au max. J’ai vu entre autres Delta, Colt (coup de cœur assuré), Girls in Hawaï, Lost Frequencies, Todiefor, Atome, Yew, Cats On Trees, Pale Grey, Jérôme Mardaga (souvenez-vous… Jeronimo… Moi je voudrais lalala…), Typh Barrow, Daran, Grandgeorge, Piano Club (toujours excellents), Calogero (qui n’a rien perdu de sa voix exceptionnelle de « En apesanteur »), Isolde, Tanaë, Cœur de Pirate, Fùgù Mango….

Vous l’aurez peut-être constaté, les « nouvelles » Francofolies ont été largement critiquées sur les réseaux sociaux. Trop cher, le cashless, la visibilité… Et pourtant, malgré les nombreuses remarques souvent négatives, moi je trouve qu’ils tiennent le bon bout. Que tous ceux qui critiquent essaient d’organiser un festival fréquenté par plus de 100.000 visiteurs ! J’ai lu des remarques par rapport au cashless. C’est un nouveau système de paiement, utilisé dans d’autres festivals, qui permet de ne pas avoir de liquide sur soi, de ne pas devoir acheter des jetons, mais de payer toutes les consommations ainsi que la nourriture grâce à une puce intégrée au bracelet du festival. Vous avez la possibilité de charger votre puce avant le début du festival mais il y a aussi des bornes sur le site afin de recharger en cours de route. Ok, après avoir testé, ce n’est pas parfait. Par exemple, on ne voit pas toujours ce qu’on nous facture ou le solde de notre puce, et il y a 2,50€ de frais pour récupérer ce qui reste sur la puce après la fin du festival. Mais malgré tout, le principe est chouette à la base. J’ai débarqué le premier jour avec juste ma clé de voiture et mon GSM. Pas de carte, pas d’argent… Pas de risque de vol ou de perte… Quel confort !

En ce qui concerne le prix, tout est relatif. Il y avait auparavant le village francofou et la scène Pierre Rapsaet avec des billets d’entrée séparés. Cette année, ils ont tout regroupé en un site unique. Donc oui, c’est plus cher qu’avant pour le village francofou, mais c’est moins cher que la scène Pierre Rapsaet. Il n’y a plus de pass « bon marché » comme avant, ok. Mais pour 113€ pour les 4 jours vous pouviez voir tout ce que j’ai énoncé plus haut et bien d’autres encore. Est-ce vraiment si cher pour quatre jours intenses de musique ? Je ne pense pas…

En ce qui concerne la visibilité, j’ai envie de dire c’est pareil partout. Dès qu’il y a du monde quelque part, on est serré et la visibilité est réduite. Mais il y a des écrans géants partout. Et quand on est petit(e) comme moi, on est habitué à ce genre de chose 😉

La semaine suivante, j’ai découvert tout à fait par hasard le festival LES GENS D’ERE dans la région de Tournai. Sachez que je suis liégeoise et ce n’est pas du tout mon coin 😉 Mais j’ai été agréablement surprise par cet évènement bien organisé, qui comporte quand même trois scènes et se déroule sur trois jours. Ca reste un festival assez petit (pour le moment) mais j’y ai quand même vu ou revu Sonnfjord, Piano Club, Suarez et Hyphen Hyphen. Sur une seule journée… C’était Slimane en clôture le dimanche soir.

Cela a clôturé mon mois de juillet. Je m’apprête à faire le NANDRIN FESTIVAL mais ça fera l’objet de mon prochain article 😉

N’hésitez pas à partager, commenter, dire où vous êtes allés, si vous avez aimé, un peu, beaucoup ou pas du tout, et pourquoi… Je veux tout savoir 😀

Bizzz les loulous, à bientôt :*

 

Deborah – Let’s Deb

Agent artistique

Organisateur du Deb Fest’

www.letsdeb.be

 

 

 

Please follow and like us:
0

4 réflexions sur “ Quand été rime avec musique ”

  • 14 août 2018 à 10 h 49 min
    Permalink

    Super article qui résume bien. Merci Letsdeb !

    Réponse
    • 15 août 2018 à 13 h 59 min
      Permalink

      Merci 🙂

      Réponse
  • 16 août 2018 à 11 h 27 min
    Permalink

    Ben tu en as fait des km . Chouette article.

    Réponse
    • 16 août 2018 à 15 h 18 min
      Permalink

      Pas toujours facile les km, j’avoue 😉 Merci 🙂

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *