POPSIMA – Electro-pop française

POPSIMA
POPSIMA

Popsima, c’est une pop hybride teintée d’électro et de variété française.

Mais que veut dire Popsima?

POP : abréviation de populaire. Peut faire référence à Musique Pop.
SIMA : Sorte d’hydromel bue principalement en Scandinavie, à la fête organisée pour chasser l’hiver et ses journées sombres.

Popsima, c’est Arnaud Arseni, auteur/compositeur/interprète, fan d’électronordique, de musiques alternatives et de sonorités planantes, et Ludovic Cutaia, compositeur/arrangeur/percussionniste, passionné de musique pop au sens large. De leur désir commun de produire une musique singulière, regroupant leurs influences dans un style cohérent et moderne, est né Popsima.

« Un album limpide et imparable : une excellente pop aux textes profonds et bien écrits, aux refrains formidables, et aux arrangements hyper efficaces, avec la belle voix d’Arnaud bien devant, claire comme de l’eau de roche. Leur version de Larsen est étonnante, et me plait beaucoup : très respectueuse de la mélodie et des harmonies, le son et la rythmique sont très différents, hyper bien fichus. » (Phil Baron)
« Superbe opus de POPSIMA. J’adore le style de la reprise de Larsen. Et l’ensemble du LP est impec ! Vous avez le son, cela chante super, les textes sont impecs, de la vraie bonne pop électro made in Belgium, comme on l’aime. » (Vincent-Marie Bouvot)
« …un projet intrigant, entre la variété et quelque chose de plus pointu, qui fonctionne à merveille… » (Olivier Bas : CD d’aujourd’hui, Nouvelle Star)
« …entre Zazie et Calogero, la relève de la scène française est assurée… » (Yves Care : Radio France)
« … Plutôt doué pour composer des mélodies qui font mouche, ils feraient mieux de s’habituer aux éloges. Quelque chose nous dit qu’ils n’ont pas fini d’en entendre… » (Gilles Seynave, La Meuse 04)

Leur premier album « Arrêt sur images » sort en novembre 2014. Après un passage remarqué au concours « Fous de scène » et un concert aux fêtes de Wallonie à Namur, ils ont intégré la même année les Francosessions, 3 semaines de coaching avec le studio des variétés de Paris. En 2015 ils ont joué aux Francofolies de Spa, dans le cadre des Franc’off, et étaient aussi à l’affiche du festival Fiesta City (Verviers). Début 2016 ils ont joué au Bel’zik Festival (Herve). Leur 2ème album, « Hors Format », réalisé avec l’aide de Lionel Capouillez au mixage (Stromae, Arno, Philip Katerine,et…Pieter) de Wagter au mastering (Stromae, Puggy, Deus, Oscar and the Wolf,…) sort en mars 2018.

Il fut précédé par le titre « Iceberg », avec un clip qui comptabilise + de 150 000 vues sur youtube et par le morceau « Aime / Commente / partage », découverte de DH Radio (mars 2018) qui affiche près de 90 000 vues sur la même plateforme. Les deux clips ont été réalisés par Mehdi Semoulin, alias Magicowl (Alice on the roof, Lubiana,… ). Les streaming spotify pour ces deux morceaux totalisent plus de 400 000 écoutes !

Conférence Révélez-vous – 21 novembre 2018

Révélez-vous
Révélez-vous

Avez-vous parfois la sensation désagréable de passer à côté de votre VRAIE vie ?

Et s’il était temps de révéler qui vous êtes vraiment, d’être la source de meilleurs lendemains ?

Inscriptions sur ce lien :
https://www.weezevent.com/soiree-conference-revelez-vous
Prix : 15€

Aimeriez-vous avoir plus de confiance et de courage pour oser être pleinement vous-même dès à présent ?

Pourquoi assister à « Révélez-vous ! » ?

Déjà pour passer une super soirée avec des personnes bienveillantes.
(Re)trouver plus de sens dans votre vie
Elever considérablement votre joie de vivre et votre énergie
DEVENIR LA SOURCE DE MEILLEURS LENDEMAINS

Si ça vous sentez que ça vous parle, alors
inscrivez-vous dès maintenant à la soirée :

« Révélez-vous ! » via le lien ci-dessous

https://www.weezevent.com/soiree-conference-revelez-vous

Attention, seule l’inscription sur ce lien confirme votre place.

Elevez considérablement votre joie de vivre et votre énergie en participant à « Révélez-vous ! ».

Soirée animée par Julien Luykx, révélateur de potentiel et créateur de la méditation épique. Julien vous fera passer une soirée exceptionnelle, haute en énergie et en émotions.

Au plaisir de vous y rencontrer !

Infos pratiques :

Adresse :

L’Essentiel

Rue de Waha, 2

4130 Tilff

Horaires :

Accueil : 19h45

Début de la soirée : 20h

Fin : environ 22h30

Prix 15€

De la découverte, du bon son… Soyez curieux

Pourquoi est-ce que je fais ce que je fais ? Pourquoi est-ce que je suis devenue bookeuse et pourquoi je passe ma vie dans les concerts ?

A vous qui allez souvent en concert… (les autres peuvent lire aussi, ils comprendront) Avez-vous déjà regardé autour de vous ? Les gens du public qui comme vous viennent écouter – et voir – de la musique live. Avez-vous remarqué ces visages illuminés, les francs sourires, les corps qui déhanchent presque sans s’en rendre compte, tous les smartphones en l’air essayant de capter ces instants précieux… Et je dis bien « essayant » car il est impossible de reproduire les mêmes sensations avec un enregistrement. Ca procure des émotions qu’il est impossible d’après moi d’avoir dans son salon devant un film ou un concert retransmis à la télé.

Et des émotions, j’en ai pris plein la tronche sur une semaine au Reflektor, salle désormais incontournable de la cité ardente. De grandes grandes claques musicales.

Ca a commencé avec les concerts de Ici et Jérôme Mardaga le 10 novembre passé. La première partie était tout à fait adaptée à l’univers de Jérôme Mardaga. Certains d’entre vous se disent peut-être : « mais qui est ce Jérôme ? » Et bien c’est l’ancien Jeronimo, qui revient sur le devant de la scène avec son nouveau projet, l’excellent Raid Aérien, dont l’atmosphère est très différente des tubes de Jeronimo. D’où le changement de nom… Comme il le dit lui-même, ce n’est pas un chanteur. Mais c’est un putain d’auteur et de guitariste, accompagné par les excellents Gaëtan Streel et Olivier Cox. Les textes de Jérôme Mardaga sont poignants, son univers est dark et pas forcément commercial. Il écrit pour lui, pas pour répondre aux attentes d’un public qui suivait Jeronimo. Et il n’a pas fait sold out. C’est incompréhensible parce que c’était fabuleux.

Jérôme Mardaga - Photo Goldo
Jérôme Mardaga – Photo Goldo

Quelques jours plus tard, retour au même endroit pour les concerts de Bacon Caravan Creek et Birdpen. Le BCC ont été grandioses, avec une mention spéciale pour le bassiste qui déchire tout sur scène. Une grande énergie se dégage de leur set et les personnes présentes pourront confirmer qu’ils ont envoyé du lourd. Vient le tour de Birdpen de monter sur scène. Nous n’étions pas au bout de nos surprises. Ce groupe britannique a un set varié, réglé comme du papier à musique (sans être formaté) et sans faille. Son leader, Dave Pen, certes pas super bavard (mais finalement ce n’est pas ce qu’on lui demande), est une vraie bête de scène. Il est grandiose, tout y est : voix, jeu de guitare, attitudes… Ce qui lui a permis de même s’entendre dire par une fille du public « you’re fucking sexy ». Il faut bien avouer que ça ne gâche rien. Une soirée absolument parfaite. Et devinez quoi… C’était pas sold out !

Birdpen - Photo Let's Deb
Birdpen – Photo Let’s Deb

Le lendemain, je reprends la route du Reflektor pour trois groupes, dont deux déjà vus. Le premier, inconnu au bataillon en ce qui me concerne, m’a bluffée. Halehan, seul avec son synthé ou sa guitare, est touchant de timidité, avec une voix fantastique et envoûtante. Les Sunday Charmers montent sur scène après lui et proposent un set énergique, bien balancé, qui ne donne qu’une envie : remuer son popotin. Vient le tour des désormais assez célèbres Sonnfjord. Emmenés par sa chanteuse sensible et touchante Maria-Laetitia (dite ML), ils nous ont offert un grand moment de show. Prestance scénique, interaction avec le public, la set list, tout est au top. Et une ML touchante d’être la tête d’affiche pour la première fois au Reflektor. L’apothéose étant le duo que nous ont offert ML et Halehan. Un moment suspendu dans le temps… Une émotion indescriptible… Entre la voix cristalline de ML et celle plus chaude de Halehan, le mariage était parfait ! Et là, j’ai eu un flash pour quelqu’un que je connais qui est toujours impassible devant les concerts. Et bien j’ai compris à cet instant précis qu’on pouvait apprécier un moment sans pour autant l’exprimer corporellement. Au contraire, l’émotion était tellement forte, tellement prenante, que je n’ai pas bougé d’un millimètre durant cette prestation extraordinaire. Mes yeux se sont légèrement humidifiés, j’étais bouché bée, mais je suis restée complètement statique. Vous vous demandez peut-être si cette date affichait « complet ». Et bien non !

Sonnfjord - Photo Let's Deb
Sonnfjord – Photo Let’s Deb

Et vous savez quoi ? Je ne comprends pas… mais vraiment pas comment ces trois dates de qualité n’étaient pas complètes des semaines à l’avance. Vous ne connaissiez pas les noms des artistes ? Qu’à cela ne tienne. Vous n’avez jamais envie de surprise et de découverte ? Moi je m’ennuierais si c’était mon cas. Oui, parfois on peut être déçu. Mais parfois… on vit un moment unique.

S’il vous plaît, soyez curieux, sortez de chez vous, et faites vivre nos artistes d’ici et d’ailleurs qui ont tellement à nous offrir.

 

 

Deborah – Let’s Deb

Agent artistique

Organisateur du Deb Fest’

www.letsdeb.be

Festivals d’été : clap de fin

Bacon Caravan Creek au Nandrin Festival (Photo Let's Deb)
Bacon Caravan Creek au Nandrin Festival (Photo Let’s Deb)

Comme je vous le disais à la fin du dernier article, j’ai poursuivi la saison festivalière par le NANDRIN FESTIVAL. Evènement sur 3 jours juste après les festivités du 15 août, ce festival se veut entièrement dédié aux compos. Là-bas, aucun cover, aucun tribute, que de l’original et de la découverte. Mais pas que, vu qu’on pouvait y revoir Front 242, les Gauff’, Arno, Noa Moon, pour ce qui est des plus connus. D’autres groupes moins connus mais que j’avais déjà vus étaient présents : From Kissing, Venusian, Delta, Piano Club, Bunny Black Bones. Puis de belles découvertes comme par exemple Mady, Ykons, Bacon Caravan Creek, Birdpen… Mais mon coup de cœur assuré de ce festival est EMJI. Une p’tite nana super drôle, super spontanée, hyper cool, entourée de deux musiciennes très chouettes également, et surtout une voix cristalline et infaillible. C’est résolument une artiste à suivre.

En ce qui concerne l’organisation de cet évènement, là aussi ça frise la perfection. Les artistes sont super bien accueillis, le public se trouve sur un site propre et agréable, il y a à boire et à manger en suffisance, deux scènes avec de courts intervalles entre les concerts… C’est un festival à découvrir, il mérite d’être plus fréquenté qu’il ne l’a été cette année.

La semaine suivante, ce qui nous mène déjà à fin août, il y avait FIESTA CITY à Verviers. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un évènement gratuit dans le centre de Verviers avec une affiche très variée et qui comprend 4 scènes et pas moins de 45 concerts sur 3 jours. Ça va du cover, à la compo, du petit groupe inconnu à des stars internationales. Parfait pour les découvertes et parfait pour voir de grandes stars gratuitement. Je me permets juste ici de faire une parenthèse… Si vous êtes fan de X et que vous allez le voir en festival – qu’il soit gratuit ou non – allez quand même le voir en salle. La scène sera entièrement adaptée à son show car il ne doit pas partager la scène avec d’autres artistes, les lights seront exactement comme il les veut, son concert sera plus long et toute la technique sera également basée sur ce concert et pas un autre. Le rendu n’est absolument pas le même, faites-moi confiance 🙂

Mais revenons à nos moutons… A Fiesta City, j’ai vu notamment les tributes de RHCP, Supertramp, Tina Turner, Whitney Houston, mais aussi de belles (re)découvertes comme Claes, Ykons, 98% Maximum Soul, Jacques Stotzem, Typh Barrow, et Michel Fugain en tête d’affiche. Et je ne m’y attendais pas car je ne suis pas trop de la génération « Michel » mais c’était top. Il est plein d’humour et d’énergie, avec des chansons que finalement tout le monde connaît quel que soit notre âge.

D’un point de vue organisation, c’est une affaire qui roule depuis des années. Mais l’emblématique Francis Geron passe le flambeau et a tiré sa dernière révérence à Fiesta City. Nous verrons l’année prochaine s’il y a du changement.

Septembre est encore bien chargé en festivités avec notamment les FETES DE WALLONIE et le LET THERE BE ROCK à Vielsalm où je n’ai malheureusement pas pu me rendre. Pour les Fêtes de Wallonie, ça s’étale généralement sur les 3 premiers week-ends de septembre dans les petites et grandes villes pour ne pas se faire concurrence. Il y a par exemple eu Dave à Seraing le premier week-end de septembre. Le week-end des 7, 8 et 9 septembre a vu Grâce-Hollogne accueillir entre Cock Robin, Overtones (super groupe de cover que je vous recommande) et Katycats, le tribute de Katy Perry mené par Julie Carpino. Le week-end des 13, 14 et 15 septembre, ça se passera à Liège avec Pascal Obispo, MC Solaar, Girls in Hawaï et Alice on the Roof qui figurent notamment au programme. Ça se passera également à Namur avec COLT, Be 80’s, Muse by Hullabaloo, Saule et beaucoup d’autres.

Ainsi se termine cette saison 2018 qui aura été marquée pour ma part de très jolies découvertes avec de véritables coups de cœur.

Pour ceux à qui ça manque déjà, n’oubliez pas que j’organise mon premier festival en novembre. On s’y retrouve ?

Laissez-moi vos impressions et dites-moi ce que vous avez découvert, ça m’intéresse.

J’vous dis à très bientôt lors de mon prochain article le mois prochain, ou pourquoi pas lors d’un concert.

 

Deborah – Let’s Deb

Agent artistique

Organisateur du Deb Fest’

www.letsdeb.be

Mad Souls – Rock & Blues Cover

Mad Souls
Mad Souls

Fondé fin 2015 dans le Laveu Road n° 135, Mad Souls est un groupe de cover rock/blues de plusieurs générations : ZZ Top; The Beatles, Muse, Green Day, Dutronc, Dandy Warhols, Clapton…

Ce sont cinq musiciens, issus de la scène musicale liégeoise dont des anciens membres de Nnof ou National 3, qui prennent plaisir sur scène ou dans leur local de répétition.

Accompagnés d’un jeune pianiste/claviériste du conservatoire (Gautier), ils parcourent un set d’une vingtaine de morceaux en anglais ou français qu’ils modifient régulièrement en fonction de leur humeur.

Ils ont chacun une grande expérience scénique de par leurs anciens projets respectifs mais aussi avec Mad Souls qui compte déjà pas moins d’une trentaine de concerts à ce jour.

Mad Souls,  c’est qui ?

David  (chant-guitare)

Une voix mélancolique et énergique, un «frontman » avec une présence scénique à la hauteur de la setlist atypique du groupe.

Gilles (guitare-voix)

Un virtuose à la guitare, sa discrétion n’est pas à la mesure de ses solos d’enfer.

Stéphane  (batterie)

Batteur sachant jouer sur différentes sensibilités, nous offre des rythmes chargés de groove et de musicalité.

Gautier  (clavier/piano)

Le claviériste, de formation classique, a su apprendre à maitriser le rock et ses dérivés.

Eric  (basse)

Le bassiste talentueux et charismatique nous offre ses émotions à travers ses lignes de basse de tous horizons.

Suivez-les sur Facebook et sur leur site.

N’hésitez pas à visionner leurs vidéos et à les programmer dans votre prochain event.

Quand été rime avec musique

Photo : Vero Broze Photography
Photo : Vero Broze Photography

La saison des festivals bat son plein ! Entre Couleur Café, Esperanzah, Werchter, Les Francofolies de Spa, Dour, le Pukkelpop, les Ardentes, le Brussel Summer Festival, Le Graspop, Tomorrowland… (la liste est longue), certains d’entre vous – d’entre nous, ne savent plus où donner de la tête. Et c’est mon cas !

J’vais faire le tour de ce que j’ai découvert ou redécouvert jusqu’à présent. Mais la saison n’est pas finie, je vous ferai donc un second article en ce sens le mois prochain.

J’ai commencé cette année festivalière en avril. Oui oui c’est tôt, mais il y en a déjà. C’était à Pepinster au BE.CAUSE, un festival en intérieur au profit des Cliniclowns (ou selon les éditions au profit d’une autre association). Ce n’est pas la première fois que j’y participais et ça avait été le premier festival de mes enfants. Cet endroit est particulièrement adapté pour les familles. Il y a une plaine de jeux et des cliniclowns partout qui font des activités pour les enfants (jeux, grimages, magie, ballons sculptés…) Mes enfants se sont éclatés, et moi aussi !

Cette année, pour ma seconde participation, j’ai vu de nombreux groupes de reprises ou de compos de très bon niveau malgré le prix démocratique de l’entrée. Notamment Arnomatic, BAC One Eleven, Todo Esta Aqui, Line Up, Barefoot, Stay, We 3 and Friends… Cela se passe donc en intérieur, sur une seule journée, mais les deux scènes dans la salle permettent de rentabiliser le temps au maximum et de ne pas laisser de longs délais entre deux concerts pour les changements de plateau.

Bref, une belle organisation, toujours au profit d’une bonne cause, et adaptée aux sorties en famille quand comme chez moi, vous aimez la musique et que vous avez des loulous.

La prochaine édition aura lieu en avril 2019.

En mai, j’ai fait une pause, je suis partie en vacances à la place 😉

J’ai enchaîné en juin avec un festival gratuit qui se tient à Flémalle (région liégeoise), la FIESTA DU ROCK. Ce festival s’étend sur trois jours mais je n’ai fait qu’un jour, le premier (dommage que je n’ai pas le don d’ubiquité). C’est un festival très éclectique qui nous présente chaque année de belles affiches malgré la gratuité de l’évènement. J’ai pu y voir notamment No One Is Innoncent et les Banging Souls.

Le lendemain, il y avait Typh Barrow (qui est sur toutes les scènes pour le moment) et Sonnfjord. Pas mal pour un festival gratuit 😉 Mais je n’y étais pas, car à la place je suis allée au WERCHTER BOUTIQUE voir Bruno Mars ! 😀 Là pour le coup, on est loin de la gratuité… 90€ la journée, ça douille. Mais ça n’empêche pas le public de venir en masse ! Et il ne faut surtout pas perdre de vue qu’un évènement de cette envergure, ça coûte un max aussi. Entre la scène énorme, le matos son et lumières, toutes les équipes techniques, les écrans géants, le cachet des artistes, toute l’installation des chalets de boissons et nourriture, le personnel, la sécurité… Par contre, les 15€ pour le parking m’ont fait un peu mal j’vous avoue… Ils savent qu’on n’a pas le choix, qu’on doit bien laisser notre voiture quelque part et ils en profitent. Malgré ce bémol, c’est un super souvenir durant lequel j’ai vu Jessie J, Years & Years, Oscar & The Wolf (et j’ai même acheté leur T-Shirt) et Bruno Mars. C’était grandiose. Werchter, c’est une affaire qui roule.

J’ai terminé le mois de juin avec le véritable lancement de la saison des festivals le dernier week-end du mois au HEROES SPA TRIBUTE FESTIVAL. Comme son nom l’indique, ça se passe à Spa, au Parc des 7 Heures (comme les Francos) et c’est un festival entièrement dédié aux tributes (donc les groupes de reprises). C’est le plus grand festival du genre en Europe et pas moins de 25.000 festivaliers sont venus chanter et danser sous un soleil de plomb. Ca se déroulait sur trois jours et la dernière journée était consacrée aux groupes qui chantent dans la langue de Molière. Deux groupes faisant partie de mon catalogue y ont participé, les tributes d’Oasis et de Green Day. Il y avait aussi (liste non exhaustive en vrac), la musique de Renaud, Calogero, Sardou, Obispo, Téléphone, U2, Bon Jovi, Goldman, RHCP, The Doors, Johnny Hallyday, Queen, Arno… Un week-end full de bonne musique.

Alors oui, il faut aimer les tributes et ce n’est pas le cas de tout le monde. Il y a un éternel débat entre les amateurs de cover et les amateurs de compos. Je pense bien que j’en ferai un article prochainement.

Globalement, c’est une très belle organisation et les artistes sont ravis de l’accueil qui leur y est réservé. Mon seul petit bémol est l’absence de gobelets consignés (étonnant en 2018), ce qui engendre énormément de déchets alors qu’il y a très peu de poubelles. Après on dira que les festivaliers sont sales et irrespectueux mais il faut leur donner les moyens d’être propres 😉 Pour l’année prochaine, ce serait cool d’investir dans les consignes ou dans les poubelles 😀

Quinze jours de plus tard, j’étais de retour à Spa (j’ai parfois un peu l’impression d’y vivre… j’devrais peut-être m’acheter un pied-à-terre là-bas). C’était la 25e édition des FRANCOFOLIES DE SPA avec sa toute nouvelle implantation. Là j’ai vraiment fait le plein de bonne zik ! Un vrai marathon musical, j’ai rentabilisé au max. J’ai vu entre autres Delta, Colt (coup de cœur assuré), Girls in Hawaï, Lost Frequencies, Todiefor, Atome, Yew, Cats On Trees, Pale Grey, Jérôme Mardaga (souvenez-vous… Jeronimo… Moi je voudrais lalala…), Typh Barrow, Daran, Grandgeorge, Piano Club (toujours excellents), Calogero (qui n’a rien perdu de sa voix exceptionnelle de « En apesanteur »), Isolde, Tanaë, Cœur de Pirate, Fùgù Mango….

Vous l’aurez peut-être constaté, les « nouvelles » Francofolies ont été largement critiquées sur les réseaux sociaux. Trop cher, le cashless, la visibilité… Et pourtant, malgré les nombreuses remarques souvent négatives, moi je trouve qu’ils tiennent le bon bout. Que tous ceux qui critiquent essaient d’organiser un festival fréquenté par plus de 100.000 visiteurs ! J’ai lu des remarques par rapport au cashless. C’est un nouveau système de paiement, utilisé dans d’autres festivals, qui permet de ne pas avoir de liquide sur soi, de ne pas devoir acheter des jetons, mais de payer toutes les consommations ainsi que la nourriture grâce à une puce intégrée au bracelet du festival. Vous avez la possibilité de charger votre puce avant le début du festival mais il y a aussi des bornes sur le site afin de recharger en cours de route. Ok, après avoir testé, ce n’est pas parfait. Par exemple, on ne voit pas toujours ce qu’on nous facture ou le solde de notre puce, et il y a 2,50€ de frais pour récupérer ce qui reste sur la puce après la fin du festival. Mais malgré tout, le principe est chouette à la base. J’ai débarqué le premier jour avec juste ma clé de voiture et mon GSM. Pas de carte, pas d’argent… Pas de risque de vol ou de perte… Quel confort !

En ce qui concerne le prix, tout est relatif. Il y avait auparavant le village francofou et la scène Pierre Rapsaet avec des billets d’entrée séparés. Cette année, ils ont tout regroupé en un site unique. Donc oui, c’est plus cher qu’avant pour le village francofou, mais c’est moins cher que la scène Pierre Rapsaet. Il n’y a plus de pass « bon marché » comme avant, ok. Mais pour 113€ pour les 4 jours vous pouviez voir tout ce que j’ai énoncé plus haut et bien d’autres encore. Est-ce vraiment si cher pour quatre jours intenses de musique ? Je ne pense pas…

En ce qui concerne la visibilité, j’ai envie de dire c’est pareil partout. Dès qu’il y a du monde quelque part, on est serré et la visibilité est réduite. Mais il y a des écrans géants partout. Et quand on est petit(e) comme moi, on est habitué à ce genre de chose 😉

La semaine suivante, j’ai découvert tout à fait par hasard le festival LES GENS D’ERE dans la région de Tournai. Sachez que je suis liégeoise et ce n’est pas du tout mon coin 😉 Mais j’ai été agréablement surprise par cet évènement bien organisé, qui comporte quand même trois scènes et se déroule sur trois jours. Ca reste un festival assez petit (pour le moment) mais j’y ai quand même vu ou revu Sonnfjord, Piano Club, Suarez et Hyphen Hyphen. Sur une seule journée… C’était Slimane en clôture le dimanche soir.

Cela a clôturé mon mois de juillet. Je m’apprête à faire le NANDRIN FESTIVAL mais ça fera l’objet de mon prochain article 😉

N’hésitez pas à partager, commenter, dire où vous êtes allés, si vous avez aimé, un peu, beaucoup ou pas du tout, et pourquoi… Je veux tout savoir 😀

Bizzz les loulous, à bientôt :*

 

Deborah – Let’s Deb

Agent artistique

Organisateur du Deb Fest’

www.letsdeb.be

 

 

 

COLT – Rock urbain

COLT
COLT

COLT est un groupe belge de rock urbain d’influences rock diverses (des Who, dEUS, Smashing Pumpkins, Phoenix, Strokes, Killers, Kings of Leon) et mélangeant les sonorités classiques et plus actuelles.

Après deux EPs ( » COLT » & « At The Edge of the World ») qui leur permettent de gagner des concours et d’écumer différents festivals belges & bars bruxellois, le groupe décide d’opérer une mue.

Mi-2016, le groupe retravaille ses chansons et y ajoute un violoncelle et des percussions, qui apportent un coté plus intimiste, fragile tout en gardant les racines indie rock.

J’ai découvert ce groupe sur la scène des Francofolies de Spa en 2018 et j’ai été immédiatement séduite. J’aime leur côté non conventionnel, avec le violoncelle qui apporte un plus dans cette formation déjà sans faille.

Je ne doute que vous serez également séduits.

Allez déjà les découvrir sur eu page Facebook.

Leur musique se trouve sur Youtube et sur SoundCloud. Enjoy!

Sunk, Tribute Green Day

Sunk
Sunk

Débordant d’énergie, les membres de Sunk parcourent la discographie de Green Day de leurs débuts fougueux à leur maturité actuelle !

Ainsi Loïc, Renaud, Axel et Raffaele partagent leur passion et leur amour pour Green Day et passent un bon moment entre potes pendant et après le concert autour d’une bonne bière !

Surtout, ne vous fiez pas à leur jeune âge! Sur scène, ils envoient du lourd.

Sunk existe depuis septembre 2013 et est donc bien rôdé. Et ça se ressent sur scène où il règne complicité, partage et passion commune entre les 4 artistes. Et pour le public, leur concert sera sans nul doute un moment inoubliable !

Pour preuve, ils ont remporté le concours du Spa Tribute Festival en 2015!

Suivez-les sur Facebook.

Et voici une floppée de vidéos.